Lectures d'Amérique...

The Underground Railroad de Colson Whitehead

Publicités

Il y a presque un an, Colson Whitehead gagnait le National Book Award pour son roman The Underground Railroad.

Je connaissais quelques faits historiques sur ce réseau clandestin appelé « chemin de fer souterrain » qui permettait aux esclaves des États esclavagistes de gagner le Nord, étape par étape, cachés dans des chariots ou dans les caves et greniers des « chefs de gare ». Je ne m’étais en revanche pas renseignée sur le livre avant de le lire et j’ai donc été très surprise que Colson Whitehead prenne au pied de la lettre l’expression consacrée d’Underground Railroad en allant jusqu’à créer de véritables tunnels, locomotives à vapeur et wagons.

L’auteur explique qu’enfant, il avait été très déçu d’apprendre que le célèbre Underground Railroad n’avait pas de vrais trains. D’où l’idée du livre. Il s’est néanmoins énormément documenté sur ce que voulait dire être noir à cette époque en lisant des récits émanant d’anciens esclaves.

J’ai accueilli avec joie la part de magie créée par ces trains clandestins allégoriques mais ce n’est toutefois qu’une toute petite part du roman. Le livre frappe surtout par sa description sans concession de la condition d’esclave, marquée par une violence omniprésente, qu’elle émane des maîtres et contremaîtres, du groupe ou du reste du monde.

Le personnage central, Cora,  est une très jeune femme qui n’est jamais sortie de la plantation où elle est née. Sa mère s’est enfuie quand elle avait douze ans et sa grand-mère n’est plus là pour veiller sur elle. En plus de s’épuiser dans les champs de coton, Cora doit également trouver sa place dans la hiérarchie sociale des esclaves de la plantation. Alors qu’elle avait réussi à préserver le carré de jardin cultivé par feu sa grand-mère, un nouvel arrivant charismatique convoite cet espace pour son chien. Le statut de Cora  se précarise de plus en plus au sein du groupe — vous découvrirez pourquoi — quand un homme lui propose de fuir avec lui. Or un esclave en fuite repris s’expose aux pires tortures et bien sûr à la mort.

Mais Cora n’a plus rien à perdre et va tenter l’évasion en rejoignant le réseau de l’Underground Railroad.

L’entreprise est d’autant plus risquée qu’un chasseur d’esclave des plus redoutable est à leurs trousses.

On souffre avec l’héroïne tant la route pour la liberté est impitoyable mais c’est un livre haletant et très intéressant.

Bonne lecture !

 

Publicités