P.J. Parrish, La Tombe était vide

Dans la catégorie polars, voici un page turner sorti en français en 2013 mais qui vaut la peine d’être redécouvert : La Tombe était vide de P.J. Parrish. Derrière ces initiales et ce pseudonyme se cachent en réalité deux soeurs : Kelly Nichols et Kristie Montee.
Dans ce thriller qui démarre sur l’énigme d’une tombe vide, elles nous entraînent au côté de leur inspecteur vedette Louis Kincaid dans les couloirs labyrinthiques d’un ancien hôpital psychiatrique.

Pour ceux qui connaissent déjà la série des inspecteurs Kincaid, il s’agit de l’opus 7 mais nul besoin d’avoir lu les romans précédents.
L’histoire remonte à 1972. Philipp, le père adoptif de Kincaid, était éperdument amoureux de Claudia. Quand elle mourut dans cet asyle où elle avait été placée par ses parents, elle fut enterrée dans le cimetière de l’institution. Or tout doit aujourd’hui être démoli et les tombes du cimetière doivent être transférées. C’est ainsi que l’on s’aperçoit que la tombe de Claudia est vide. Philipp a besoin de savoir ce qui s’est passé et devant l’absence de réponses à ses questions, il appelle son fils à l’aide. Un peu à reculons, le fils revient dans le Michigan auprès de son père d’adoption.

Il démarre son enquête et va de surprises en surprises. La clef du mystère réside dans l’ancien hôpital pour aliénés, véritable figure centrale du roman dans tout ce qu’il peut y avoir de plus gothique.

Sang, meurtres, folie, angoisse… vous ne serez pas déçus. Le suspense reste intact jusqu’à la fin.

En parallèle, on en apprend toujours un peu plus sur le passé douloureux de l’inspecteur Louis Kincaid. Mais la chose la plus réussie dans ce livre est l’atmosphère oppressante des vieux murs de l’hôpital.

Ce roman bien ficelé a donc mérité son prix de meilleur thriller international de l’année 2006.

Bonne lecture !

 

 

 

Publicités