Les Ombres du passé, de Thomas H. Cook

Voici un page-turner à mi-chemin entre le polar et le roman classique. Virginie occidentale, 1984. C’est pour s’occuper de son père mourant que Roy revient au pays après vingt ans d’absence.

« A tout juste dix-neuf ans, je m’en allais faire mes études grâce à l’attribution d’une bourse et je cherchais à fuir cet acte sanglant en me construisant, loin de Kingdom County, une vie en tout points différente de celle que j’avais connue jusque là. »

Roy n’a même pas un seul bon souvenir de son père et l’acte sanglant en question est un double meurtre perpétré par son frère.

Poussé par l’ennui des trois semaines déjà passées dans cette petite contrée rurale, Roy se retrouve sans l’avoir vraiment désiré en compagnie du shérif, ancien camarade de lycée. Au cours de leur brève conversation, ils apprennent la découverte d’un cadavre. Roy est alors embarqué à la recherche du corps dans les collines désolées de Waylord, sur les terres de la famille de son ancienne petite amie.

Le passé le rattrape et au fil des rencontres et des sous-entendus prononcés par les différents protagonistes, Roy comprend que les choses n’étaient pas aussi simples qu’il y paraissait.

Alors qu’il mène l’enquête, le voile se lève à la fois sur les circonstances du double meurtre et sur sa relation avec son père.

Si le scenario du retour au bercail pour affronter les démons du passé utilisé dans Les Ombres du Passé n’est pas nouveau, Thomas H. Cook traite le sujet avec beaucoup de délicatesseSes personnages complexes sont en proie à des dilemmes moraux et il distille suffisamment d’indices pour rendre plausibles différents dénouements.

Le style est fluide et précis.  L’auteur se définit lui-même comme « a natural storyteller » par opposition au style académique de certains écrivains formatés par les cours de creative writing.

C’est une lecture rapide et agréable que pour ma part j’ai beaucoup appréciée, surtout du point de vue du traitement de la relation père-fils.

Bonne nouvelle si vous aimez cet auteur américain, vous avez en plus découvert un filon !

Encore un auteur aperçu au festival america 2016

Publicités