Là où les lumières se perdent de David Joy

David Joy est un auteur américain du Sud. Son premier roman, que l’auteur a lui-même qualifié de roman noir des Appalaches, Là où les lumières se perdent, a largement été acclamé par la critique américaine.

Dans le fin fond des montagnes des Appalaches, près de Cashiers en Caroline du Nord, Jacob est le fils de Charlie MacNeely, dealer notoire de méthamphétamine. Sa mère est une junkie qui ne s’est jamais trop occupée de lui. Aujourd’hui âgé de 18 ans, ça fait deux ans qu’il a abandonné le lycée et il travaille déjà depuis longtemps pour son père. Mais lorsqu’un enchaînement d’événements dramatiques survient et qu’il renoue ensuite avec Maggie, son amour de toujours, un autre destin semble peu à peu s’ouvrir à lui. Fuir ces montagnes pour une autre vie est-il un choix possible ?

Cette petite lueur d’espoir va nous tenir tout le livre. Mais Là où les lumières se perdent est surtout un roman sombre. Au milieu d’une spirale de violence, Jacob est en proie à des dilemmes moraux. Il sait qu’il n’a pas en lui la violence de son père mais a toujours été loyal envers lui.

Avec une très belle plume, David Joy dépeint avec finesse le monde à part de ces hommes qui de générations en générations, ont toujours vécu hors-la-loi, d’abord bootleggers puis dealers. De même qu’il saisit parfaitement tous les déchirements éprouvés par son personnage central tout en nous garantissant des rebondissements jusqu’à la toute fin du livre. Alors comme ce n’est pas toujours évident d’avoir à la fois suspense et sens du détail, si vous êtes amateurs de romans noirs, foncez !

(Encore un auteur américain découvert au festival America)

 

Publicités