Souviens-toi de moi comme ça

Parmi toutes les idées de lectures dénichées au Festival America, j’ai choisi de commencer par le roman de Bret Anthony Johnston Souviens-toi de moi comme ça.

Beaucoup de livres ont déjà abordé le sujet du kidnapping d’un enfant mais jamais sous cet angle-là.

Comment faire pour redevenir une famille quand le fils aîné, Justin, disparu à l’âge de 11 ans, réapparaît miraculeusement quatre ans plus tard ?

Bret Anthony Johnston donne la parole à tous les membres de la famille sauf Justin. Pendant cette longue absence et terrible attente, sa mère s’est réfugiée dans le sauvetage des  dauphins, Griff, son frère cadet, dans la pratique du skateboard et son père dans les bras d’une autre femme. Son grand-père paternel tient également un rôle important dans l’histoire.

Chacun va vivre le retour de Justin à sa manière. Et comme Justin reste auréolé de mystère,  à maintes reprises, le lecteur est amené à imaginer différents scenarios.

Ce qui est vraiment intéressant, c’est que l’auteur s’est attaché à décortiquer la conscience des personnages et tous les détails physiques de l’histoire, ce qui en fait un récit très juste et palpitant jusqu’à la fin. Quelques lieux emblématiques reviennent souvent et en font également un roman très visuel : comme les ponts ou la piscine du motel abandonné.

Bret Anthony Johnston a mis six ans pour écrire son roman, n’hésitant pas à recommencer inlassablement certains passages. Il compare cela à sa pratique du skate, étant lui-même un ancien champion de la discipline. On peut refaire la même chose toute la journée mais au final, ça en vaut la peine.

Je confirme : belle écriture, profondeur des personnages, suspense…Souviens-toi de moi comme ça vaut vraiment le coup d’être lu.

Bonne lecture !

 

 

Publicités