Des souris et des hommes

Lennie est une force de la nature mais il est faible d’esprit. Depuis toujours, George veille sur lui. Ils ne sont pas de la même famille mais un lien fraternel les unit. A deux, Ils vont de ranch en ranch, louant leur force de travail. Lennie fait aveuglément confiance à son ami. Il a pour consigne de ne pas parler, pour que personne ne détecte son handicap.

Comme dans les Raisins de la Colère, l’action se déroule pendant la Grande Dépression et on retrouve la belle plume du grand auteur américain John Steinbeck. Pour l’écriture de ce roman, paru en 1937, Steinbeck s’est servi de sa propre expérience de travailleur saisonnier dans les années 20.

Les deux hommes mènent une vie de misère mais ils ont un rêve à quoi s’accrocher. C’est le rêve que George a imaginé pour eux et que Lennie ne se lasse pas d’entendre : quand ils auront suffisamment d’argent, ils achèteront une petite ferme dans laquelle Lennie sera chargé de s’occuper des lapins.

Lennie aime beaucoup les petits animaux. Il aime les caresser mais finit parfois par les tuer. George surveille constamment son acolyte. Lennie est d’un tempérament doux et docile mais la moindre perturbation peut l’amener à commettre l’irréparable.

Or les soucis ne vont pas tarder à arriver. Curley, le fils du patron, petit homme violent et complexé n’aime pas les hommes plus grands que lui. Et il y a aussi sa sulfureuse épouse,  unique femme du ranch.

On aimerait voir le rêve de ces hommes se réaliser et on y croit avec eux mais tout nous fait craindre le pire tant les différents personnages semblent voués à demeurer économiquement impuissants et isolés.

Roman court mais grand roman américain. Bonne lecture !

mice and men
La première édition date de 1937
Publicités