Les auteurs se mobilisent pour revoir l’actuel drapeau du Mississipi

Nos écrivains préférés sont aussi des écrivains engagés. Les primaires américaines et la sympathie de nombreux supporters de Trump pour le drapeau confédéré dans les États du Sud sont l’occasion de vous parler de la mobilisation d’un grand nombre de personnalités du Mississippi pour l’abandon de l’actuel drapeau de l’État.

Très controversé, l’emblème des états confédérés figure en effet dans le coin gauche du drapeau officiel de cet État du Sud.

drapeau confédéré.jpg
drapeau confédéré
drapeau du Mississippi
drapeau du Mississippi

L’appel en question s’intitule A Flag For All Of Us. Paru le 17 août 2015 dans le Clarion-Ledger, il inclut notamment des personnalités comme Morgan Freeman, Richard Ford, John Grisham ou Kathryn Stockett, l’auteure de La Couleur des sentiments. Ainsi que des hommes d’affaire influents, d’éminents sportifs ou des juges.

Cette campagne est loin d’être la première du genre. Un vote avait déjà eu lieu à ce sujet en 2001 mais les partisans de la conservation du drapeau historique l’avaient emporté.

Le débat a été relancé en 2015 avec le massacre par arme à feu de neuf personnes dans une église de la communauté noire de Charleston, en Caroline du Sud, par un suprémaciste blanc se réclamant de ce drapeau.

Depuis ces événements, il ne flotte plus en Caroline du Sud. Il avait également été abandonné par la Géorgie en 2004.

L’appel pour l’abandon du drapeau actuel du Mississippi rappelle l’importance des symboles. Si pour ses défenseurs, il incarne l’héritage culturel et identitaire du Sud, il représente pour beaucoup le racisme et l’esclavage.

« Il n’est tout simplement ni juste ni honorable de demander aux citoyens noirs du Mississippi d’aller à l’école, de participer à des manifestations sportives, de travailler comme fonctionnaires, de servir dans la garde nationale et de mener leur vie de tous les jours avec  un drapeau à la gloire d’une guerre qui avait pour but de perpétuer la condition d’esclave de leurs ancêtres. »

Le texte entier se trouve ici.

Quant à Trump, il s’est autrefois prononcé pour son abandon mais tourne aujourd’hui autour du pot sur ces questions-là (comme sur celle du soutien que lui a apporté l’ancien chef du Ku Klux Klan David Duke)  de peur de perdre cet électorat nostalgique de la suprématie blanche.

Publicités