Lectures d'Amérique...

John Grisham revient avec L’Insoumis

Publicités

Rogue Lawyer a fait un carton outre-atlantique en 2015 et il nous arrivera le 30 mars chez  Lattès.

Le récit s’ouvre sur l’affaire suivante : Marginal au QI de 70, longs cheveux teints en noir, piercings et tatouages, Gardy est le suspect idéal. Tout le monde est convaincu que le jeune homme est coupable du meurtre horrible de deux petites filles. L’enquête est bâclée et les preuves ont été fabriquées. La justice promet d’être expéditive, ce qui arrangera tout le monde et rassurera les citoyens de Milo, petite ville du Sud des États-Unis. Gardy encourt la peine de mort et personne en ville ne souhaite le défendre. C’est ainsi que l’affaire est proposée à Sebastian Rudd, connu pour accepter les cas indéfendables.

Couverture de l’éditeur américain Doubleday

Ce dernier opus de John Grisham est intéressant à double titre : son héros est d’une part un avocat hors-norme, dont le bureau est désormais un van blindé, après que ses anciens locaux soient partis en fumée ; d’autre part, le roman ne traite pas d’une seule affaire mais de plusieurs cas, tous différents.

Sebastian Rudd n’est pas l’avocat bon père de famille auquel Grisham avait pu nous habituer. Autrefois marié mais sitôt divorcé, il ne voit son fils de 10 ans qu’une fois par mois. Avocat au pénal, le genre d’affaire qu’il défend l’oblige à porter une arme et à avoir comme garde du corps le taiseux Partner. Ses clients sont presque toujours coupables. Insoumis et révolté, Rudd ne confond pas la justice avec l’institution judiciaire. Si les flics et certains juges ne jouent pas dans les règles ? Il flirte lui-aussi avec les limites… car tout le monde a le droit a un procès équitable. Malgré ses airs d’avocat voyou, Rudd garde à coeur de mettre en lumière les dysfonctionnements du système.

Dans ce livre, on ne s’appesantit pas sur un seul procès. Les cas s’enchaînent jusqu’à s’entremêler et donnent un bon rythme à ce bouquin. Quant aux clients, ils vont du vrai méchant au vrai innocent en passant par le vrai idiot.

Au rayon action, vous ne serez pas déçus : opérations de police musclées, combats d’arts martiaux mixtes (tous les coups sont permis et le ring est une cage !), évasion spectaculaire…

Le style de John Grisham est fluide et concis. Le récit est émaillé d’explications et de réflexions sur les rouages de la justice et sur les dispositions iniques parfois adoptées par les États.

On retrouve la patte de John Grisham, souvent qualifié d’idéaliste et de réformateur et qui a notamment longuement abordé la question de la peine de mort dans de précédents volumes.

En conclusion, Rogue Lawyer un excellent « legal thriller », assez unique en son genre.

Bonne lecture !

 

 

 

Publicités