Lectures d'Amérique…

My Life On The Road, par la féministe Gloria Steinem

Publicités

My Life On The Road est à la fois un voyage dans le temps, dans l’espace et dans le monde des idées. Figure féministe américaine depuis les années 1960, Gloria Steiner a passé sa vie à écrire articles,  livres ou discours, à organiser meetings et conférences, à fédérer des groupes et à soutenir la cause des droits civiques pour toujours plus d’égalité. Et pour ce faire, elle a sillonné les États-Unis durant cinq décennies, passant rarement plus d’une semaine chez elle. Elle se définit elle-même comme « a feminist itinerant organizer ».

Pour Gloria Steiner, il est essentiel d’aller vers les gens pour mieux comprendre les enjeux,  convaincre et fédérer. Le voyage est synonyme d’ouverture, de rencontres et d’apprentissage au contact des autres. Elle fait souvent allusion à l’efficacité des cercles de parole, pratique qu’elle a d’abord observée en Inde.

Sur les traces de son père

Jusqu’à  l’âge de dix ans, Gloria Steinem a passé tous les automnes et les hivers  sur la route.  Aux beaux jours, son père tenait un dancing  au bord d’un lac du Michigan et partait chiner jusqu’à une journée de route de chez lui. Puis il embarquait les trésors ainsi dénichés dans la caravane et prenait la route avec femme et enfant, en direction de la Californie ou encore de la Floride. Quand l’argent manquait pour payer l’essence, il vendait ses précieux objets en porcelaine chez les antiquaires  qu’il croisait sur la route.

Cette vie de bohème a généré beaucoup d’insécurité chez la petite Gloria. La philosophie de son père était la suivante : « Si tu ne sais pas ce qu’il va t’arriver demain, alors ce sera peut-être merveilleux ». Elle, rêvait plutôt d’une famille ordinaire et de stabilité.

Elle avait prévu une vie conventionnelle : mariage, enfants et maison. Elle ne cessa pourtant de repousser cette échéance, qu’elle pensait alors incontournable. La vie en avait décidé autrement et son engagement pour la cause des droits civiques et du féminisme la projeta sur les routes. Elle était finalement bien la fille de son père.

On comprend dans son livre que la circulation des idées et la construction d’un monde nouveau ne peuvent pas se faire sans que les gens se rencontrent physiquement.

Une vie de rencontres

Gloria Steinem  ne conduit pas. Pour elle, sans voiture, l’aventure commence dès que l’on franchit le seuil de sa maison. Le bus, le métro, l’avion ou le taxi sont au contraire   de petits univers, lieux d’échanges potentiels.

Et ce sont tous ces échanges enrichissants et instructifs dont elle nous fait le récit dans son livre : la grande marche de 1963, ses conférences sur des campus, les campagnes présidentielles, les amitiés avec autres militantes, les témoignages des étudiantes ou encore les discussions avec les chauffeurs de taxi.

 Une invitation à l’ouverture

Il y a beaucoup de sagesse à puiser dans ce récit. Femme remarquable, Gloria Steinem s’adresse à nous en toute simplicité. Elle se fait passeuse d’histoires, la sienne et celle des autres et se livre à un plaidoyer en faveur du voyage, aussi modeste soit-il.
Ce livre est passionnant car son auteur a contribué à de nombreux événements historiques outre-atlantique et autres bouleversements politiques. Elle a toujours été au côté de ceux qui prônaient le changement pour plus d’égalité, que ce soit les femmes, les afro-américains, les amérindiens ou les travailleurs pauvres. Son témoignage et ses anecdotes en sont d’autant plus précieux.
Elle est aussi l’une des fondatrices du journal Ms* , toujours présent depuis 1971 et dédié aux points de vue féminins, à l’information sur la condition féminine et sur les droits des femmes.
*ni Mme ni Mlle, Ms permet de s’adresser à une femme sans se référer à son statut marital. msmagazine.com

J’ai sûrement oublié de dire plein de choses sur ce livre mais c’est une lecture exaltante et dynamisante que je vous conseille vivement. Il n’est pas encore traduit (si le projet n’est pas déjà en cours, je me porte volontaire si un éditeur est intéressé) mais très facile à lire en anglais.
Bonne lecture !

 

 

Publicités

Publicités