Pour la Gloire, de James Salter

Si vous avez aimé le film « Top Gun », vous apprécierez Pour la Gloire du grand romancier américain James Salter. Lorsquil servit en Corée comme pilote de chasse de l’US Air Force de février à août 1952, le futur écrivain consigna tout dans un journal. Son roman suit la même chronologie. Aux États-Unis, où il parut pour la première fois en 1956, ce livre est un classique. Il est enfin paru aux éditions de l’Olivier en 2015.

Le capitaine Cleve Connell est un pilote de chasse confirmé qui s’est déjà fait un nom. Il n’a qu’une hâte : en découdre avec l’ennemi et descendre un maximum de Mig russes. Son objectif est de figurer parmi les as, ceux qui parviennent à descendre au moins cinq avions ennemis.

Rapidement nommé à la tête d’une escadrille, Connell apprécie ses hommes et réciproquement. Mais l’arrivée d’un nouvel élément sous ses ordres va terriblement perturber cet équilibre. Le sous-lieutenant Pell s’affiche d’emblée comme un rival et revendique par son attitude une position de meneur.

Nous ressentons vite le même malaise que Cleve. Comment doit-il réagir aux provocations de cet homme sans scrupules ? Comment les autres vont-ils réagir ?

James Salter analyse finement les rivalités et le jeu des alliances entre pilotes. Dans le microcosme de cette base aérienne perdue en Corée, la vie est rythmée par l’enchaînement des missions et par l’obsession d’abattre des Mig. « Mais les batailles aériennes sont irrégulières. Elles arrivent par séries ». Ce qui veut dire que parfois, il ne se passe rien. Ceux qui parviennent à descendre un avion russe sont traités en héros mais la gloire a un prix.

Il est beaucoup question d’intégrité dans ce livre et c’est ce qui fait son intérêt.

L’écriture est limpide, scrupuleuse et les profils psychologiques des personnages sont fouillés mais pas figés.

Pour la gloire fait aussi la part belle à l’action et on appréciera d’autant plus les combats aériens décrits par Salter qu’on sait qu’il les a vécus lui-même.

En bref, ce fut un très bon moment de lecture et je vous recommande vivement ce classique de la littérature américaine.

À votre tour, n’hésitez pas à me parler de vos auteurs américains préférés !

Publicités