Lectures d'Amérique...

De sang froid, récit véridique d’un meurtre multiple et de ses conséquences

Publicités

Truman Capote qualifiait lui-même son livre de « non-fiction novel », ou roman documentaire. Il a également parlé de « nouveau journalisme » et entendait lancer un genre révolutionnaire. À noter que le titre français est la traduction fidèle du titre et du sous-titre original.

En 1959, quand deux suspects sont arrêtés puis jugés pour le meurtre sauvage d’un fermier du Kansas et de sa famille, Truman Capote, accompagnée de son amie d’enfance l’auteure Harper Lee, quitte les salons littéraires new-yorkais pour aller enquêter sur place. Il négocie le droit de rendre visite aux deux accusés en prison et correspondra également avec eux. Lui et Harper Lee interviewèrent les enquêteurs ainsi que différents membres de la petite communauté rurale de Holcomb.

Le suspense du livre ne réside pas dans la découverte de l’identité des meurtriers, connue dès le départ,  mais dans la divulgation progressive et détaillée de tous les éléments de l’enquête. Truman Capote livre les faits les uns après les autres, avec détachement. Il s’intéresse à la genèse du crime et va commencer son histoire avant les faits. Il commence par décrire les lieux :

« Le village de Holcomb est situé sur les hautes plaines à blé de l’ouest du Kansas, une région solitaire que les autres habitants du Kansas appellent « là-bas ». A quelques soixante-dix miles à l’est de la frontière du Colorado, la région a une atmosphère qui est plutôt Far West que Middle West avec son dur ciel bleu et son air d’une pureté de désert. Le parler local est hérissé d’un accent de la plaine, un nasillement de cow-boy, et nombreux sont les hommes qui portent d’étroits pantalons de pionniers, de grands chapeaux de feutre et des bottes à bouts pointus et à talons hauts. Le pays est plat et la vue étonnamment vaste : des chevaux, des troupeaux de bétail, une masse blanche d’élévateurs à grain, qui se dressent aussi gracieusement que des temples grecs, sont visibles bien avant que le voyageur ne les atteigne. »

La petite ville qu’il nous décrit est particulièrement traumatisée par le meurtre de ce couple de fermiers et de leurs deux enfants adolescents. La famille Clutter était très appréciée et particulièrement respecté. Le père était un homme éduqué qui traitait bien ses 18 employés. Lui et sa famille incarnaient parfaitement le rêve américain. Au départ, les gens du coin commencent à se soupçonner les uns les autres. Pendant ce temps, les deux criminels cavalent jusqu’au Mexique avant d’être arrêtés. Truman Capote va particulièrement s’intéresser à la personnalité et au passé des deux accusés et leur redonner un peu d’humanité. Pour autant, il ne les excuse pas ni ne donne de réponse. Il nous laisse nous faire notre propre opinion à partir des faits bruts.

De Sang Froid est un livre que je vous conseille vivement et que vous ne lâcherez pas jusqu’à la fin. Outre le fait qu’il fonctionne un peu comme un polar, la belle écriture et la minutie de Truman Capote pour les détails en font une lecture passionnante. Avant de l’attaquer pour la deuxième fois, je me souvenais parfaitement de toutes ses descriptions de la maison des Clutter, le lieu du crime.

À bientôt pour d’autres conseils de lecture !

 

 

 

Publicités