Twilight de William Gay, un polar gothique du Sud

À ne pas confondre avec la série Twilight de Stephenie Meyer et de ses vampires. William Gay, lui, sait écrire avec style. Le titre français La Mort au crépuscule évitera toute confusion.

C’est un roman noir, très noir que l’on a pu définir comme l’archétype du roman gothique du Sud. L’œuvre de William Gay (1915-2012) est profondément ancrée dans le Tennessee rural dans lequel il est né.

Comme Faulkner, qui a situé une grande partie de son œuvre dans le comté imaginaire de Yoknapatawpha dans le Mississippi, Gay a créé  pour ses personnages torturés la petite ville de Ackerman’s Field, Tennessee.

Deux adolescents orphelins y ont découvert le secret pervers de Fenton Breece, le croque-mort, et essayent de le faire chanter avec des photos compromettantes. Mais celui-ci va préférer lancer un terrible psychopathe à leurs trousses. S’en suit une chasse à l’homme haletante, qui nous mènera  à travers la ténébreuse forêt marécageuse du Harrikin, peuplée d’ermites et de sorcières et dissimulant une mine désaffectée retournée à l’état sauvage depuis un ouragan. C’est un livre sur le côté sombre de l’Amérique. Dans ce conte gothique, le supernaturel et le mysticisme ne sont jamais très loin.

Mais cette intrigue qui a tout du cauchemar est portée par la superbe  plume de William Gay et par son incroyable lyrisme. Qualifié parfois d’auteur autodidacte, il a tout à fait sa place parmi les grands auteurs américains.

Ce roman a été deux fois primé en France,  grand prix de littérature policière en 2010 et prix Mystère de la critique en 2011.

Si vous l’avez lu, donnez-moi votre avis et n’oubliez pas de me donner vos idées de lecture !

Publicités